Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 21:57

bonne-dissonance-blanche.JPG

En 2007, ces tensions sont accentuées par une déstructuration de l’orthogonalité du support impliquée par les variations de taille des lignes verticales qui, telle une fréquence musicale, vont introduire une dynamique de l’œuvre.









DISSONANCE I, copyright Sandrina Caruso, 2007
Komasel monochrome blanc 1m40x90x5 cm





variationsmonochrome
















DISSONANCE II
, copyright Sandrina Caruso, 2007/2008
Komasel monochrome blanc 1m40x90x5 cm





En 2007/2008 l’interrogation de la couleur est abordée à travers l’élaboration d’œuvres en bas-relief mettant en rapport des aplats de couleur et des dégradés.

Elles confrontent les orangés et rouges chauds du support aux nuances froides des gris en relief, auxquels par complémentarité de couleur et pour accentuer la vibration visuelle, il a été ajouté une infime nuance de bleu.
Dans « Du spirituel dans l’art » Kandinsky évoque le rouge chaud qui, par addition de jaune, auquel il est apparenté donne l’orangé. Du fait de ce mélange,  le mouvement en soi du rouge originel devient un mouvement d’irradiation et d’expansion sur l’entourage. Cependant le rouge qui y joue un grand rôle dans l’orangé, y ajoute une note de sérieux... Il sonne comme le ton moyen qui appelle à l’Angélus, comme une puissante voix de contralto ou comme un alto jouant largo.


gong








 


GONG
,  copyright Sandrina Caruso, 2007/2008
1m10x80x5 cm acrylique sur médium,

Cette musicalité exprimée en 1910 par Wassily Kandinsky, est une comparaison que je trouve indissociable des rythmes, des variations, des tensions de forme, de couleur et de ton mis en œuvre dans ma démarche picturale. Schopenhauer disait que tous les arts ont une tendance secrète à la «musicalité». Or la musique, parmi les arts, est le seul qui ne présente aucune imitation des formes de ce monde. Malgré, ou peut-être grâce à cette absence, Kandinsky, Malévitch, Kupka, Mondrian suivent le souhait de Mallarmé: «emprunter à la musique ses lois et ses pouvoirs». Violoncelliste dοué, Κandinsky appelle ses esquisses «improvisations» et ses œuvres achevées «compositions». Kupka dessine «Fugue en deux cοuleurs» et «Chromatisme chaud». Paul Klee, musicien et compositeur, poursuit dans sa peinture des métamorphoses en perpétuelles germinations lyriques ou explosives. Par contre le musicien Scriabine parlait de la «symphonie de lumière» et de sons suscitant des associations de couleurs. Ιl était passionné par l'idée de la «lumière coulante» associée aux sons et se déroulant dans le temps. Survage, Béothy, Cahn, Valensi réalisent ce rêve sur des bandes cinématographiques et expérimentent sur des «rythmes colorés», Richter va jusqu'à faire des films abstraits. Dixit Paul Evdokimov L'art Moderne ou la Sophia Désaffectée
Dans le Gong Rouge, chaque lamelle est vue comme une entité qui, assemblée aux autres, reconstitue une unité visuelle recomposant un dégradé et une rythmique où « la forme est un attribut d’unités séparées » cf Wolfgang Köhler, Psychologie de la forme.
Le cercle noir (subtilement bleuté et turquoise) dans ces deux pièces respectives s’impose par contraste clair/obscur.


dissonnancerouge.jpg
















GONG ROUGE
copyright Sandrina Caruso, 2007/2008
1m 45x80x5 cm acrylique sur médium



Repost 0
Published by sandrinacaruso.over-blog.com - dans OEUVRES D'ABSTRACTION GEOMETRIQUE
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 21:45
 
dissonnance.jpgEn 2006, mes premières oeuvres confrontent l’ombre et la lumière par le montage de lamelles en bas relief qui se répètent dans l’espace orthogonal du tableau monochrome.
Le cercle s’immisce parmi une succession de lignes verticales tel un pendule et devient l’enjeu de tensions entre les lignes verticales et les obliques, où les ombres semblent engendrer un mouvement.






GONG BLANC. copyright Sandrina Caruso, 2006 Monochrome blanc Komasel, 1m10x87x5 cm












Repost 0
Published by sandrinacaruso.over-blog.com - dans OEUVRES D'ABSTRACTION GEOMETRIQUE
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 21:37
 
La rencontre avec les membres fondateurs d’un groupe d’abstraction géométrique apparu dans l’entre deux guerres et toujours actif aujourd’hui a permis de nourrir les recherches plastiques menées ces dernières années. J’étais déjà personnellement sensible, étudiante, à l’œuvre néo-plastique de Mondrian, Théo Van Doesburg et Félix Delmarle par leurs interrogations formelles, l’expérimentation de la couleur et son adaptation à l’architecture et au mobilier.
Dans le mouvement Madi, c’est la pluridisciplinarité de la démarche qui m’a intéressée et surtout la remise en question qui subsiste encore aujourd’hui sur le cadrage de l’œuvre picturale : l'ouverture de ses limites.
De 2005 à 2007, j’ai effectué de nombreuses recherches documentaires et j’ai pu en outre converser avec l’artiste Carmelo Arden Quin, membre fondateur de ce mouvement porteur de l’abstraction géométrique depuis l’entre deux guerres jusqu’à nos jours dont le berceau a été l’Amérique Latine.
C.Arden Quin fit émerger ses principes révolutionnaires après la deuxième guerre mondiale suite à sa rencontre avec Joachim Torres Garcia, fondateur de la revue Cercle et Carré, prônant un art géométrique dit «concret » mais avec cette différence qu’il remit en question l’orthogonalité classique du tableau.
Son premier manifeste a vu le jour en 1946 et le mouvement évolue et perdure toujours de nos jours en France, Italie, Suéde, Hongrie, Etats-Unis, Brésil…
Ses principales idées théoriques depuis 1946 sont
- L’ irrégularité du cadre
- La transformabilité de la structure
- La structure mobile (précurseur de l’art cinétique)
- La participation du spectateur
- L’art pluridisciplinaire (danse, musique, poésie…)
      Les rencontres fructueuses à La galerie des Wantiers de Valenciennes, à l'ancienne Galerie Orion de Paris (Nation) et à l’association idem+arts rattachée à la cité des géométries de Maubeuge motivèrent mon intérêt croissant pour les théories d'avant-garde de ces artistes révolutionnaires et à mettre en lumière leurs principes fondamentaux à travers des conférences que j’ai menées sur le valenciennois, notamment au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes en Juin 2007. 

Mon œuvre plastique réinterroge ainsi la structure formelle, chromatique et le cadrage du
tableau.
Elle privilégie la composition de formes géométriques, droites, rondes et polygonales dont les plans millimétrés que je dresse au préalable sur papier sont parfois composés selon une logique mathématique reposant sur la suite de Fibonacci et le Nombre d’or. Elle se situe à la frontière de la peinture et du volume par l’assemblage d’éléments en bas-relief , dont Gilles Deleuze donne une définition intéressante Un bas-relief, c’est vraiment la transition peinture/sculpture. Le bas-relief coloré, c’est de la sculpture ? c’est de la peinture ? C’est pas de la peinture sur toile, d’accord mais c’est de la peinture murale. C’est vraiment la frange de la sculpture/peinture. Et en effet il y a des problèmes communs à la peinture et à la sculpture. Or, cette communauté est assurée précisément par le bas-relief ou une forme de communauté de la peinture/sculpture est assurée par le bas-relief.
Repost 0
Published by sandrinacaruso.over-blog.com - dans OEUVRES D'ABSTRACTION GEOMETRIQUE
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 19:51
Sandrina Caruso est née en 1974 à Douai au Nord de la France.
Elle se forme à l’Ecole Supérieure des Beaux–arts de Cambrai et de Valenciennes qui lui permettent d’aborder les esthétiques classiques et contemporaines de l’histoire de l’art.
Une passion qu'elle a transmise à la direction d'une école d'arts-plastiques et qu'elle utilise désormais aujourd'hui dans les milieux hospitaliers en tant qu'Art-thérapeute.
Elle partage ponctuellement des conférences liées à l'art moderne, aux abstractions et sur un plan plus scientifique à l'art-thérapie.   
Elle développe une pratique artistique au départ liée à la figuration puis aborde le volume contemporain.
Depuis 2003 elle est résolument orientée vers l’abstraction géométrique dans laquelle elle trouve un équilibre entre rigueur et serénité.

Sa fascination pour les avants-gardes abstraites et leur intégration aux architectures quotidiennes (le néo-plasticisme de Théo Van Doesburg, et de Félix Delmarle, le constructivisme Russe, l'art construit à travers le monde : concret, cinétisme, art Madi...) l'a conduite à développer une esthétique géométrique constituée de sculptures/maquettes et de compositions/assemblages en bas-reliefs.

Sans représentation aucune, elle aime associer cependant dans son travail des analogies formelles et linguistiques liant l'art et la musique frôlant parfois la synesthésie :

dans la forme et le fond transparaissent des vibrations, dissonnances, rythmes ...

Ses dégradés et variations colorées teintent son oeuvre comme tinteraient en musique les variations de la gamme chromatique.

Depuis 2008, sans pour autant se définir d'une appartenance particulière, ses collaborations ponctuelles avec l'Art Madi International l'amènent à entreprendre des recherches sur les aspects plastiques de leurs oeuvres.

A partir d'exemples liés à son intérêt pour quelques artistes caractéristiques de la richesse des questionnements esthétiques de cette mouvance, en perpétuel développement depuis 1946, elle conçoit en 2010 un DVD documentaire à visée didactique et rendant hommage au cofondateur Madi Carmelo Alves Arden Quin.

Sandrina Caruso a surtout exposé :
en France (Paris, Valenciennes, Le Quesnoy, Lille, Cambrai, Douai, Mulhouse, Nice, Cholet… )
lauréate du Salon de la Jeune création française à Mulhouse en 2002 et exposante des Journées du patrimoine « auraient-ils été prix de Rome » en 2005 pour la Ville de Valenciennes
En Belgique (Liège, Bruxelles)
Aux Royaumes Unis (Canterbury)
En Italie, (Bergame, Bologne, Naples, Caserta…)
En Australie (Sydney)
 
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de sandrinacaruso.over-blog.com
  • Le blog de sandrinacaruso.over-blog.com
  • : Ce blog propose de découvrir le portrait d'une artiste à travers ses oeuvres d'hier et aujourd'hui, et des informations et liens sur l'histoire du mmouvement madi, les expositions, les artistes de l'abstraction géométrique
  • Contact

Recherche